Amélie Goulet-Nadon se retire de la Sélection olympique

Sacrée meilleur espoir féminin pour les Jeux Olympiques de 2006 au cours de la saison 2003-2004, la Lavalloise Amélie Goulet-Nadon, médaillée de bronze à Salt Lake City, a décidé de retirer son nom de la liste des compétitrices de la Sélection olympique en vue des prochains Grands Jeux.

«Cette décision a été longuement mûrie et je suis maintenant très sereine avec l’issu de ma réflexion. Le stress entourant une telle compétition ne pourrait qu’être nocif pour mon rétablissement», a expliqué la principale intéressée.

Effectivement, le retrait d’Amélie Goulet-Nadon est dû à un défaut de motricité provoqué par une perte d’un patron-moteur dont le stress est un grand ennemi. Un patron-moteur est un mouvement ou un enchaînement de mouvements acquis, assimilé et devenu automatique. Le tout a commencé sournoisement au cours de l’été 2004, alors qu’Amélie, excellente technicienne, a cherché à corriger le petit détail qui ne lui plaisait pas dans son coup de patin. «C’est en voulant rectifier un minime défaut technique que j’ai déprogrammé un mouvement qui était devenu aussi familier que marcher pour moi», a-t-elle ajouté.

«Après plusieurs examens physiques, nous avons déterminé que le problème moteur chez Amélie provenait du système nerveux central. Ainsi, son retour à l’entraînement l’année dernière a été ponctué de difficultés sur glace et l’agenda à court terme concernant la Sélection olympique aurait pu mettre sa santé en péril étant donné l’enjeu et les risques de chutes qu’elle court à haute vitesse» a décrit Alain Delorme, préparateur physique des patineurs de l’équipe canadienne courte piste, dont Amélie.

Bruno Ouellette, psychologue de l’équipe nationale de patinage de vitesse courte piste a quant lui exposé le rapport stress-repos primordial pour la patineuse. «Amélie étant une féroce compétitrice, elle aurait affronté la Sélection olympique avec un stress qui aurait été néfaste à la rééducation de son patron-moteur. Il s’agit d’une grande athlète qui a décidé de prendre le repos nécessaire pour son bien-être et pour se permettre de poursuivre sa carrière si tel est son souhait» a-t-il soutenu.

Vers Vancouver 2010

Amélie Goulet-Nagon n’accroche pas ses patins pour autant! «Je suis toujours aussi passionnée de mon sport et je continue à le pratiquer avec plaisir! Mon objectif maintenant est Vancouver 2010. Je suis plus en forme que jamais et dès que mon problème technique sera réglé, je suis confiante de redevenir l’athlète que j’ai été, et peut-être encore meilleure même!» a-t-elle conclu.

« Patinage de vitesse Canada continue d’appuyer Amélie dans sa démarche de réhabilitation et continue de la soutenir au même niveau que tous les autres athlètes de l’équipe nationale courte piste, » a déclaré Jean R. Dupré, directeur général.

Patinage de vitesse Canada est l'organisme directeur responsable de l'avancement et de la croissance du patinage de vitesse au Canada.


Source: Annie Dubé, attachée de presse – équipe olympique de patinage de vitesse courte piste