Le Montréalais Mathieu Giroux bat un record du monde à une compétition de patinage de vitesse sur courte piste

Mathieu Giroux, de Montréal, a battu le record du monde du 3000 m masculin, dimanche, ce qui a été le fait saillant d’une razzia de médailles pour le Canada au Trophée Alta Valtellina de patinage de vitesse sur courte piste qui regroupait 18 pays.

Giroux a réussi un temps de 4:32,193 minutes pour remporter la médaille d’or dans la finale entièrement canadienne pour éclipser la marque précédente de 4:32,646 établie par Hyun-Soo Ahn, de Corée du Sud, en 2003. Marc-André Monette, de Pointe-aux-Trembles, au Québec, a terminé deuxième en 5:01,380, Rémi Beaulieu, de Montréal, troisième en 5:06,900 et Olivier Jean, de Montréal, quatrième en 5:21,050.

«Avec cinq Canadiens dans la finale, notre objectif était qu’un d’entre nous réussisse le record du monde, a dit Giroux, âgé de 19 ans. Donc au début nous étions simplement supposés faire une course normale et quiconque terminerait premier obtiendrait le record du monde. Mais avec 12 tours à faire les quatre autres ont ralenti et j’ai foncé. La foule savait que j’étais sur la voie du record du monde et elle a crié comme une folle. Cela m’a vraiment aidé à battre le record.»

Ce fut aussi une finale toute canadienne au 1000 m masculin alors que Monette a été le gagnant en 1:24,867. Jean a terminé deuxième en 1:27,070, Beaulieu troisième en 1:27,308 et Steve Robillard, de Montréal, quatrième en 1:28,450.

Les cinq premiers du classement général de la compétition sont tous Canadiens alors que Monette a terminé en tête, suivi dans l’ordre de Robillard, Jean, Giroux et Beaulieu.

Au 1000 m féminin, les Canadiennes ont de nouveau balayé les quatre premières places. Annik Plamondon, de Longueuil, au Québec, a remporté la médaille d’or en 1:34,651. Nita Avrith, de Montréal, a terminé deuxième en 1:34,740, Jessica Gregg, d’Edmonton, troisième en 1:34,858 et Mélanie Gagnon, de Montréal, quatrième en 1:35,449.

«C’était la troisième fin de semaine de suite que nous avions une compétition, donc je me sentais un peu fatiguée, a dit Plamondon. Mais c’était la même chose pour tout le monde, donc je suis satisfaite d’être passée au travers avec succès. Ma stratégie était de demeurer un peu en arrière et de suivre plutôt que de me lancer en avant dès le début.»

Au 3000 m féminin, Avrith a été la gagnante en 5:25,876. Plamondon a terminé deuxième en 5:26,023. Gagnon a pris le quatrième rang et Gregg le cinquème.

Au classement général, Plamondon a décroché le titre alors qu’Avrith a terminé deuxième et Gregg cinquième.

Le Canada a terminé la compétition avec 19 des 24 médailles, dont six d’or, six d’argent et sept de bronze.