Les vétérans en contrôle aux Sélections olympiques Bell de patinage de vitesse courte piste

Pour Tania Vicent, de Verchères, qui participe actuellement aux sélections olympiques, mettre l’amitié de côté est une chose difficile, alors que ses amies et coéquipières sont devenues des adversaires le temps de quelques jours.

Malgré tout, la vétérane de 13 saisons au sein de l’équipe nationale n’a pas donné de cadeaux aux sélections olympiques Bell, puisqu’elle occupe la tête du classement cumulatif provisoire en plus d’être première à celui du 1000 m. Avec encore trois jours de compétition – vendredi, samedi et dimanche -, la Lavalloise d’origine est donc en excellente position pour obtenir son billet pour les Jeux de Turin.

« Les gens contre qui je patine sont mes amis et je m’entraîne ave eux », indique Vicent, 29 ans, médaillée de bronze olympique au relais des Jeux de 1998 et 2002. « Les courses sont très émotives pour moi. Cette année, la compétition est une des plus féroces que j’ai vues, ce qui la rend encore plus difficile. »

La sélection olympique, qui s’est amorcée le 1er septembre, déterminera les dix patineurs de vitesse sur courte piste, soit cinq hommes et cinq femmes, qui représenteront le Canada aux Jeux de Turin en février prochain. Un total de 16 hommes et 16 femmes sont en lice dans toutes les épreuves olympiques (500 m, 1000 m et 1500 m), qui seront chacune présentées à trois occasions durant la sélection. Le premier au classement de chaque distance obtiendra automatiquement sa qualification, tandis que les autres choix seront faits en fonction de la performance générale des athlètes.

Après six des neuf épreuves au programme, Vicent (3998 points) occupe la tête du classement féminin grâce deux victoires au 1000 m. Alanna Kraus (Abbotsford, C.-B.), première à l’épreuve du 500 m, est deuxième avec 3707 points, tandis que la championne canadienne Amanda Overland (Kitchener, Ont.) est troisième grâce à un total de 3677 points. Première au 1500 m, Anouk Leblanc-Boucher (3628 points), de Prévost, est quatrième, alors que Kalyna Roberge (3374 points, Saint-Étienne-de-Lauzon) et Mélanie Gagnon (2106 points, Montréal) occupent respectivement les cinquième et sixième rangs.

« Je ne suis pas surprise du déroulement de la compétition », a analysé Kraus, médaillée de bronze en 2002 à Salt Lake City. « Les cinq premières au classement sont très fortes. Cependant, la compétition est très serrée et les classements changent à tous les jours. Je dois donc être agressive à chaque course. »

Chez les hommes, le Montréalais François-Louis Tremblay a été l’étoile individuelle de la compétition jusqu’à maintenant. Il a notamment remporté les deux dernières épreuves, soit le 1000 m de mercredi et le 500 m de jeudi, en plus de terminer parmi les trois premiers à six occasions.

« Cette compétition, qui se déroule sur onze jours, représente tout un défi mental et physique », de commenter Tremblay, membre de l’équipe de relais qui avait décroché le titre olympique en 2002. « L’intensité a monté d’un cran depuis les derniers jours. Auparavant, tout le monde sentait qu’il avait une deuxième chance s’il manquait son coup. Mais maintenant, les chances disparaissent. Nous sommes tous des amis, mais nous sommes également ici pour gagner. »

Tremblay trône au sommet du classement général avec une récolte de 4964 points en plus d’occuper la tête aux épreuves de 500 m et 1000 m. Mathieu Turcotte (4164 points, Sherbrooke), premier au classement du 1500 m, est deuxième, tandis que le Montréalais Jonathan Guilmette (3404 points) est en troisième place. Éric Bédard (2833 points, Sainte-Thècle), Charles Hamelin (2803 points, Sainte-Julie) et Mathieu Giroux (1981 points, Montréal) sont aux quatrième, cinquième et sixième rangs.

La lutte pour les places disponibles aux distances individuelles s’annonce donc serrée cette fin de semaine. Au 1500 m masculin, Turcotte, Guilmette et Tremblay batailleront pour le premier rang, tandis que Tremblay profitera d’une avance aux épreuves de 500 m et 1000 m, même si une chute ou une disqualification peut toujours venir brouiller les cartes.

« Il n’y a pas de place à l’erreur au 500 m, concède Tremblay. Quand tu chutes, c’est toujours frustrant. Je n’essaie pas de gagner chaque course à tout prix, mais plutôt d’aller chercher le maximum de points, tout en restant à l’affût pour déceler les ouvertures. »

Chez les femmes, Vicent trône confortablement en tête du 1000 m et sera en lutte avec Leblanc-Boucher, Roberge et Overland au 1500 m. Quant au 500 m, Kraus est bien en contrôle au premier rang.

Les sélections olympiques se terminent cette fin de semaine au Centre Georges-Vézina de Saguenay. Les épreuves seront présentées chaque jour à compter de 20h et l’équipe olympique sera dévoilée après les dernières courses de dimanche.