L’olympienne Jamie Macdonald prend sa retraite du patinage de vitesse sur courte piste

L’athlète de Fort St. James a pris part à ses premiers Jeux olympiques et Championnats du monde en 2018

MONTRÉAL, QUÉBEC – L’olympienne Jamie Macdonald a officiellement annoncé sa retraite du patinage de vitesse sur courte piste. L’athlète originaire de Fort St. James, C.-B., a représenté le Canada à l’échelle internationale durant cinq saisons, notamment aux Jeux olympiques de 2018 à PyeongChang.

Macdonald, qui a 24 ans, a accédé au podium pour la dernière fois aux Championnats du monde de 2018 tenus à Montréal, où elle décroché la médaille de bronze au sein du relais féminin, en plus de terminer quatrième dans l’épreuve féminine du 500m. Plus tôt cette saison-là, elle a vécu des moments inoubliables en disputant le 500m féminin et le relais 3000m des Jeux olympiques en Corée du Sud.

« Je suis très fière de ma carrière de patineuse et de toutes les leçons de vie que ce sport m’a enseignées, a affirmé Macdonald. J’adore le défi que représente le courte piste et la satisfaction qu’on ressent quand on franchit les différentes étapes. Je pense que le fait de vivre dans un environnement comme celui-là, où la pression est élevée, m’a permis d’en apprendre beaucoup sur moi, et sur les limites que je peux atteindre physiquement et mentalement. »

Selon son entraîneur, c’est son désir de s’améliorer et de gagner qui la distingue.

« Jamie était une athlète d'exception avec une détermination d'être une meilleure athlète à chaque jour, a déclaré l'entraîneur de l'équipe nationale féminine Frédéric Blackburn. À ses débuts sur le circuit de compétition international, elle n'avait pas peur de perdre une médaille de bronze pour aller chercher l'argent ou l'or ce qui démontrait un désire de gagner exceptionnel. »

À 16 ans, Macdonald a représenté la Colombie-Britannique aux Jeux d’hiver du Canada de 2011 à Halifax, avant d’aller s’installer à Calgary pour s’entraîner à temps plein à l’Anneau olympique.

Elle a fait ses débuts à l’échelle internationale aux Universiades d’hiver de 2013 à Trentino, en Italie, puis elle a mis la main sur sa première médaille à l’international, le bronze au relais 3000m féminin, deux ans plus tard aux Universiades d’hiver de 2015 à Grenade, en Espagne.

Elle a officiellement rejoint les rangs de l’équipe nationale sénior en 2015 et elle finira par prendre part à 14 Coupes du monde, y remportant quatre médailles d’argent et cinq de bronze, dont trois dans des épreuves individuelles.

« J’ai fait des sacrifices important pour percer en patinage de vitesse, alors que j’ai quitté les gens de mon entourage pour déménager à Montréal et atteindre mon but de me qualifier pour les Jeux olympiques », a ajouté Macdonald, qui était souvent la seule patineuse de calibre national lorsqu’elle s’entraînait dans le nord de la Colombie-Britannique.

« Beaucoup de gens m’ont aidée au fil de ma carrière. J’aimerais remercier ma famille, qui m’a toujours soutenue dans ma quête de réaliser mon rêve, tous mes entraîneurs, qui m’ont aidée à atteindre un niveau de performance aussi élevé, et mon ami de coeur Scott, qui m’a soutenue dans les moments difficiles et a célébré les bons moments avec moi. »

L’automne dernier, Macdonald a été couronnée championne canadienne sur courte piste après avoir remporté une médaille d’or et trois d’argent aux Championnats canadiens disputés à Montréal. Malgré ces résultats impressionnants, elle a décidé de prendre congé de la compétition internationale afin de refaire le plein d’énergie après avoir pris part à ses premiers Jeux olympiques.

« J’ai pris congé de la compétition internationale la saison dernière afin de repartir à neuf mentalement et physiquement à la suite d’un long cycle olympique, a-t-elle souligné. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’étais prête à entreprendre la prochaine étape de ma vie. J’ai réalisé que le stress et l’engagement dont je devais faire preuve à l’égard du patinage nuisait à ma santé mentale. J’ai été en mesure de trouver le bon équilibre dans ma vie et je ne réalisais pas qu’il y avait autant de choses qui me manquaient. »

Bien qu’elle mette fin à sa carrière d’athlète, Macdonald n’entend pas accrocher ses patins pour autant.

« J’adore encore le courte piste et j’aimerais rester impliquée dans ce sport dans un rôle différent, a-t-elle dit. Je prévois donner un coup de main à des camps cet été et peut-être passer au coaching dans les prochaines années. »

En plus de redonner à la communauté du patinage de vitesse, elle cherchera à se servir des leçons apprises durant sa carrière d’athlète pour aider les générations futures à atteindre leurs objectifs dans les salles de classe.

« Je planifie de terminer mes études et de devenir enseignante. Je pense que j’aurais beaucoup de plaisir à travailler avec les enfants et les aider à réaliser leur plein potentiel. »