Valérie Maltais passe officiellement du courte piste au longue piste

Maltais imite notamment Olivier Jean qui, après les Jeux olympiques de Sotchi en 2014, avait également décidé de se consacrer au longue piste après avoir entrepris sa carrière en courte piste.

OTTAWA, ONTARIO - Après plus de 10 ans à représenter le Canada sur la scène internationale en patinage de vitesse sur courte piste, la médaillée d’argent au relais des Jeux olympiques de 2014 Valérie Maltais fait officiellement le saut en longue piste.

Après quelques semaines de repos à la suite de la dernière saison, l’athlète originaire de Saguenay, arrondissement La Baie, QC, s’est rendue à Calgary afin de s’initier au « patin clap » de longue piste et débuter un programme d'entraînement soutenu dans cette discipline. Il s'agit d'un objectif qu’elle avait en tête depuis quelque temps.

« J’ai toujours trouvé que le patinage de vitesse sur longue piste était un beau sport, a expliqué Maltais. Lors de mes premiers Jeux à Vancouver en 2010, j’ai eu des billets pour aller voir l’épreuve de poursuite en équipe et l’équipe canadienne masculine a remporté l’or. C’est à partir de ce moment que je me suis intéressée au longue piste. »

Contrairement au courte piste où l’objectif est de franchir la ligne d’arrivée le plus rapidement possible, c’est la bataille individuelle contre le chronomètre qui a attiré la patineuse vers le longue piste.

« Cette course contre la montre me fascine et j’ai envie de tenter ma chance, a-t-elle indiqué. À 28 ans et après trois cycles olympiques en courte piste, ce nouveau défi m’amène un vent de fraîcheur. »
 
« Je connais bien le mouvement qu'il faut faire en patinage de vitesse, mais le longue piste nécessite quand même une certaine adaptation », a souligné celle qui a débuté son entraînement sur glace il y a environ un mois. « Chaque fois que j’embarque sur la glace, je me sens de plus en plus à l’aise. Je suis satisfaite de ma progression. »

« Valérie est une athlète qui a l’expérience de performer au plus haut niveau. C’est une recrue dont la présence est rafraîchissante au sein de l'équipe, et qui augmente le niveau d’entraînement de tout le groupe », a affirmé celui qui sera son entraîneur en longue piste cette saison, Remmelt Eldering. « Il est trop tôt pour prédire ce qui arrivera ou à quel moment elle commencera à prendre part à des compétitions. Elle travaille fort présentement pour s’améliorer. Après avoir patiné à la queue des groupes d’entraînement, la voici maintenant en tête à tirer le groupe. Elle est très forte mentalement, elle est avide d'apprendre et elle aime être sur la glace. Tout cela mis ensemble fera en sorte qu'il sera plus facile pour elle de batailler pour être parmi les meilleures femmes au pays. Tout est une question de 'timing' et elle sera prête à performer lorsqu’elle le sera. »

« Mon objectif cette année est de faire les temps afin de me qualifier au sein de l’équipe nationale sur longue piste l’an prochain, a dit Maltais. Mais c’est sûr que me qualifier pour mes premières Coupes du monde serait la cerise sur le sundae! »
 
Maltais imite notamment Olivier Jean qui, après les Jeux olympiques de Sotchi en 2014, avait également décidé de se consacrer au longue piste après avoir entrepris sa carrière en courte piste. Jean, le médaillé d’or au relais des Jeux de Vancouver, a par la suite remporté le bronze en départ en groupe aux Championnats mondiaux de distances individuelles de l’ISU 2017 pour ensuite se qualifier pour les Jeux de PyeongChang en février dernier, où il a pris le 14e rang à la nouvelle épreuve olympique du départ en groupe.
 
Valérie Maltais a participé aux Championnats mondiaux juniors sur courte piste de l’ISU en 2006, 2007 et 2009, méritant le bronze au 500m et l’argent au relais en 2009. Au cours de cette même saison 2008-2009, elle a participé pour la première fois à des Coupes du monde et aux Championnats du monde. Aux Championnats du monde de 2012, elle a pris le deuxième rang au classement cumulatif et le troisième en 2014. Aux Jeux de 2014, elle a battu le record olympique au 1000m avec un temps de 1:28,771, marque qui est toujours en vigueur. En neuf saisons sur la scène internationale senior en courte piste, elle a mérité un total de 50 médailles, dont 16 individuelles et 34 au relais.